Zajal, opéra arabe

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Un opéra en arabe dialectal? Oui, l’impertinence de Zad Moultaka rend tout possible! Voici, en première en Amérique du Nord, une pure arabitude qui transfigure une tradition orale des villages du Levant en un opéra solennel, conforme aux normes de la prosodie occidentale ! Le 12 novembre, à 20 h, au Théâtre Maisonneuve.

Opéra arabe

Salué par la critique internationale de Paris à Beyrouth et de Marseille à Hammamet, l’opéra reprend le récit d’une joute oratoire célèbre de 1909 où le plus grand poète « zajaliste » du Liban, imbu de la prouesse de ses vers, est défié par un jeune inconnu masqué. L’audace de Moultaka va encore plus loin et renverse les normes en confiant à une femme, à la voix pénétrante et poignante, un rôle réservé exclusivement aux hommes.

Vaillant créateur de rencontres entre multiples formes musicales, Zad Moultaka, compositeur et pianiste libanais, poursuit ses aventures inédites en apprivoisant les parallèles. Dans Zajal, il tisse la trame d’un opéra de chambre rythmé par les instruments à vent et les percussions de l’ensemble français Ars Nova, scandé par la voix impétueuse de Fadia Tomb-El Hage et orchestré par les interventions provocatrices du comédien Gabriel Yammine.

« Zajal » est le nom d’une tradition poétique et musicale très ancienne, propre aux pays du Moyen-Orient, et n’est autre que l’équivalent des joutes oratoires médiévales et l’ancêtre des matchs d’improvisation contemporains. Elle oppose souvent des villageois qui, forts et fiers de leur dextérité poétique et langagière, se défient tout en savourant des mezzés et en sirotant un verre d’arak.

À travers Zajal, le compositeur libanais transcende le folklore et pénètre violemment les coulisses de la mémoire collective. Qu’il soit d’Orient ou d’Occident, le spectateur y perçoit l’image du villageois fier et preux, maniant aussi bien ses vers que sa houe, et voyage dans l’imaginaire d’un ailleurs portant l’écho de sa propre culture.

Le coup de cœur de cette 11e édition du FMA sera un hymne à l’universalité de l’art ainsi qu’à l’enthousiasme poétique des paroliers du Mont-Liban.

Zajal, quand les joutes populaires arabes épousent le raffinement de l’opéra!

 Théâtre Maisonneuve, Place des Arts

Prix du billet : 25 $, 35 $, 45 $ (taxes en sus). 25 % de réduction pour les étudiants, aînés et détenteurs de la carte de transport STM (OPUS).

Réservation : 514 842-2112 / www.pda.qc.ca

Organisations: Maisonneuve

Lieux géographiques: Paris, Beyrouth, Marseille Liban Moultaka

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires