Travailler, c'est la santé!

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Après avoir écouté à la radio de la CBC une entrevue dans la langue de Shakespeare sur les calèches dans le Vieux-Montréal, je pensais en particulier à la France où l'on ne cesse de se casser la tête pour rendre au cheval sa place dans la société, et ce, de façon écologique!

 

Lors de cette récente entrevue radiophonique, la responsable du Refuge RR déclare qu'il faudrait que les gens se réveillent, car nous sommes après tout au 21e siècle et que nous avons par ailleurs tout l'équipement nécessaire pour ne plus employer les chevaux à des fins qu'elle juge inadéquates. Je crois que justement parce que nous sommes au 21e siècle, que nous devons penser à des moyens plus écologiques pour nous déplacer et pour travailler en général et sans compter redonner la place aux chevaux qu'ils méritent! La planète est détraquée et on ne peut certes pas compter sur les gouvernements pour tout régler en matière d'environnement! Comment la race humaine et la race animale pourront-elles survivre?

Ces mêmes personnes qui veulent mettre à la retraite les chevaux de trait du Vieux-Montréal, ont-elles oublié qu'à une certaine époque, les chevaux d'attelage représentaient le seul outil de travail dont disposaient les cultivateurs? Les chevaux jouaient un rôle indispensable pour les résidents tant sur le plan de la nourriture que du transport. L'environnement se portait beaucoup mieux aussi!

 

Comme me disait un aîné de mon patelin : « J'ai utilisé un cheval jusqu'au début des années 70 pour faire les sucres. J'empruntais un percheron d'un ami. C'était tellement plus pratique que le tracteur! En plus, c'était plus fiable. Tu appelais le cheval et il te suivait », raconte Maurice Sabourin. Contrairement au cheval, le tracteur ne passe pas partout. De plus, le cheval ne risque pas de trébucher sur les roches. Quand le tracteur accrochait une grosse roche, il arrivait que cela endommage un pneu.

 

Pour en revenir à la France, que ce soit pour le transport des écoliers : http://basse-normandie.france3.fr/info/transport-scolaire-hippomobile-a-thury-harcourt-71877135.html, la collecte des feuilles à l'automne ou carrément la collecte des déchets : http://www.dailymotion.com/video/xalq62_collecte-des-dechets-le-grand-retou_news, la France innove!

Saviez-vous que depuis la saison estivale, le site du Mont-Saint-Michel est desservi par des hippomobiles? Quarante chevaux d'attelage transporteront les 350, 000 touristes attendus sur le site. Ces chevaux assureront le transport des visiteurs depuis le stationnement jusqu'au Mont-Saint-Michel par la digue route. Des Percherons, des Cobs normands et des Postiers bretons sont chargés de cette mission. http://www.youtube.com/watch?v=ELSLloZfttI

Je crois par ailleurs qu'il y a moyen de réaménager différemment le Vieux-Montréal pour rendre les promenades en calèches plus adéquates pour nos amis équidés. Au lieu de faire cesser cette activité dans le Vieux-Montréal et de retraiter les chevaux dans un refuge où la capacité des chevaux a déjà atteint sa limite, pourquoi ne pas faire quelques modifications pour leur bien-être et rendre tout le monde heureux? Un cheval qui ne travaille pas est comme un humain à la retraite qui ne fait rien. Les muscles s'atrophient, le moral s'en va doucement et la bête n'a plus le goût de voir du monde! C'est pareil pour l'humain! Permettez-moi aussi de douter qu'un refuge traditionnel (un seul lieu pour accueillir les chevaux) ait les ressources nécessaires pour faire faire de l'exercice régulièrement à tous les chevaux qui s'y trouvent pour leur bien-être physique!

Je pense que c'est avec des personnes comme Jacques Bournival et des associations comme Québec à Cheval que notre noble compagnon retrouvera la digne place qui lui revient au Québec!

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Evelyne Villers
    04 juillet 2012 - 09:10

    Merci Pearl pour ton courriel. Je me ferai un plaisir de communiquer avec Josée pour une entrevue dans les prochaines semaines. En effet, Québec à Cheval innove dans plusieurs domaines et je crois que cet organisme est un modèle à suivre au Québec. Merci François pour tes bons mots. Si tu vas dans le sens de la France pour à la fois valoriser les chevaux et contribuer à diminuer la pollution, tu auras un grand succès, c'est prévisible!

  • Pearl Duval
    04 juillet 2012 - 00:36

    Bonjour Évelyne, J'aime bien ce que tu écris, les quelques articles que j'ai lu jusqu'à maintenant font du gros bon sens ! Tu as raison lorsque tu mentionne que Québec à Cheval peut faire changer les choses avec la Ville de Montréal. Ils travaillent aussi depuis plusieurs années avec Josée Lapointe et Jean-Simon Desparois, propriétaires des Écuries de Montréal, la seule écurie de chevaux de calèche LÉGALE à Montréal. Je crois que tu aimerais beaucoup lui parler, elle se bat depuis des lustres pour que les chevaux soient mieux traités, et s'est fait plusieurs ennemis chez les autres cochers : 514 691-3277, ecuriedemontrealenr@hotmail.com

  • François Pépin
    03 juillet 2012 - 20:34

    Je suis complètement d accord avec toi et avec le salon du cheval j aimerais promouvoir encore plus le travail avec les chevaux exactement comme vos exemple de la France.......félicitation pour vos article...... François Pépin