Harper déclare la guerre à Chiquita Banana

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

}

Richard Cléroux devant un étalage de bananes!

 

C’est  parce que la compagnie boycotte le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta qui sont si cher à notre glorieux premier ministre.

 

Deux de ses ministres, Jason Kenney de l’Immigration et Rona Ambrose  des Travaux Publics, ont annoncé avec grande fanfare sur leurs sites web qu’ils ne mangeront plus de bananes Chiquita, marque de commerce de la  compagnie Chiquita Banana de Cincinnati, aux États-Unis.

C’est parce que Manuel Rodriguez, le vice-président de Chiquita Banana, a annoncé cette semaine que les camions de la compagnie éviteront de faire le plein avec du carburant des sables bitumineux.

Ça ne sera pas facile. La plupart des exportations du pétrole des sables finit aux États-Unis.

Les grandes pétrolières ont répondu avec une série de pubs à la radio dénonçant Chiquita Banana.

Une voix grave entonne : « Pendant qu’eux boycottent les sables bitumineux, vous pouvez les boycotter en retour. N’achetez-plus les bananes Chiquita ni les salades Fresh Express. »

Reste à voir quel sera l’effet du boycott sur les ventes, y compris sans leur grand client de bananes, Jason Kenney.

Hier le NPD s’est joint à la guerre aux bananes, et s’est rangé du bord des bananes.

La critique environnementale du NPD  Megan Leslie a dit que la guerre  n’est que de l’« hypocrisie. » Le vrai problème est « l’inaction des conservateurs contre les changements climatiques. »

 

Reste à voir ce que fera Harper. Il ne faudra pas glisser sur une pelure.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires