Le F-35: Le prix grimpe

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Harper toujours convaincu des mérites

Le premier ministre Stephen Harper tient obstinément à défendre son achat de 65 avions de chasse  F-35, en dépit des retards, des immenses dépassements de coûts et sans avoir un sens clair pourquoi il nous faut des avions d’attaque, plutôt que des avions de défense.

La dernière nouvelle cette semaine : des militaires canadiens sont allés visiter Lockheed Martin au Texas ou on fabriquera les jets à Harper.

Ils ont découvert que les avions de chasse seront en retard d’un autre deux ans. La première arrivera en 2018, pas en 2016 comme on nous avait promis.

Cela ne sera pas la mort de personne. Ça veut dire seulement que le Canada devra continuer à utiliser les CF-18 qui nous ont si bien servi en Libye cette année.

Harper a plutôt un problème de crédibilité.

Pour nous convaincre  du bien-fondé de l’achat des F-35, Harper et ses ministres tiennent à parler de la flotte « vieillissante » de CF-18, et de nos « vieux » CF-18, comme s’il s’agissait des vieilles bagnoles dangereuses et désuètes.    Ce n’est pas ce que nos pilotes de F-18 en Libye disent.

Mais avec un retard de deux ans pour les F-35, Harper devrait cesser de « vieillir »  notre flotte de CF-18.

Il y a des problèmes beaucoup plus sérieux avec les F-35. On apprend maintenant que les systèmes de communication des F-35 seront incapables de communiquer entre eux dans le Grand Nord canadien.

Le F-35 a seulement un moteur. Pas de problème ici dans le sud ou il y a des aéroports partout, mais dans le grand nord ou un F-35 pourra se trouver à 700 kilomètres du plus proche aéroport, un F-35 avec un seul moteur qui est en panne présente définitivement un sérieux problème.

Sept cents kilomètres du plus proche aéroport dans un uni-moteur en panne, sans un radio qui fonctionne.  Pas une bonne journée, définitivement.

Et même s’il est proche d’un aéroport,  est-ce que la piste est assez longue pour accueillir un jet qui atterrit à grand vitesse.

C’est de plus en plus difficile pour Harper de vendre l'achat des F-35 à un public de plus en plus sceptique.

Comme le F-35 « Lightning » de Lockheed Martin est encore en développement, les projections de son coût sont que des estimations. Et le prix dépendera du nombre d'unités commandées pour une année donnée qui  pourra varier de  75 millions de dollars par avion, jusqu’à 115 millions de dollars ou 150 millions de dollars.

D’autres pays y compris la Turquie, les Pays-Bas, Norvège, Israël et l'Australie - ont retardé ou réduit leur commandes de F-35, à mesure que le prix grimpe en flèche. Mais même les plus récents  chiffres ne sont pas définitifs.

Avec l'économie européenne qui sombre dans ce qui pourrait être une longue récession, les commandes de F-35 pourrait diminuer encore plus, ce qui rendrait le prix pour le Canada encore plus prohibitif.

Et cela dans ce que Harper nous dit est une période de contraintes budgétaires.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires