La gaffe de John Baird en Australie

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

On ne sait pas pouquoi

Notre ministre des affaires étrangères John Baird est allé en Australie leur dire que le marché international du gaz de carbone n’existait pas.

C’est  du moins ce que les Australiens ont compris de son discours.

En réalité le marché international de carbone existe depuis 2005.  Baird a passé pour un visiteur que ne savait pas de quoi il parlait.

La presse australienne l’a matraqué sans merci, surtout parce que l’Australie vient de passer à travers une controverse sur les gaz à effet de serre semblable à chicane politique qu’a connu le Canada en 2006.

Baird semblait avoir oublié la règle diplomatique que lorsqu’un ministre est en visite dans un autre pays, il doit éviter de critiquer la politique interne de son pays hôte.

Le rapport de 2010 de la Banque mondiale, si Baird l’avait lu, l’aurait informé qu’il y a un important Marché international du carbone avec des chiffres d’affaires de 10,6 milliards de dollars  en 2005 et de 140 milliards de dollars en 2010.

Les pays membres du marché sont le Japon, la Nouvelle-Zélande, la Norvège, la Russie, et les 27 pays membres de l’Union européenne. La Corée et l’état de la Californie se préparent à se joindre l’année prochaine.

Le premier ministre Stephen Harper refuse depuis 2006, et à la grande joie des compagnies pétrolières de l’Alberta, que le Canada fasse partie du marché internationale de carbone.

Plus bizarre encore, c’est que Baird était ministre de l’environnement du Canada du 7 novembre 2010 au 4 janvier 2011 et a parlé souvent du marché de carbone à la Chambre des communes.

Ce n’est pas comme s’il n’en avait jamais entendu parler.

Prenait-il les Australiens pour des caves ? Ou est-ce que son voyage en Australie était trop épuisant pour lui ?

Le très influent quotidien « The Australian » a répliqué :

« Simplement parce que le gouvernement canadien s'oppose au commerce du carbone ne veut pas dire que vous pouvez prétendre qu’un marché de 140 milliards de dollars n'existe pas. »

 

La prétention de Baird qu’il n’existe pas de marché international du carbone va à l'encontre même des réalités canadiennes, car malgré le manque d'intérêt du gouvernement conservateur, la Colombie-Britannique et du Québec ont déjà des taxes sur le carbone.

L'Alberta aussi a un prix sur le carbone qui requiert les grands émetteurs à réduire leur intensité de gaz à effet de serre de 12 pour cent par an, ou, si ils ne parviennent pas à le faire, de fournir une compensation au gouvernement provincial ou payer une amende.

Le Québec prépare une  législation pour instituer un régime de commerce des émissions de gaz à effet de serre l'année prochaine.

En effet, une coalition de provinces canadiennes  y compris la Colombie-Britannique, le Québec et l'Ontario prépare un système d'échange d'émissions de gaz de carbone avec la Californie pour créer un marché nord-américain du carbone.

L’ignorance du ministre Baird a étonné les Australiens experts dans la matière.

Baird était-il aveuglé par l’idéologie pétrolière du Premier ministre Harper ou pensait-il que les Australiens étaient endormis?

En tout cas, il a manqué une chance en or de faire bien paraître le Canada en Australie. Il faudra envoyer un autre ministre à sa place la prochaine fois.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires