Les vieillards pourrissent dans nos prisons

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une existence pitoyable

C'est ce que le gouvernement conservateur veut, et ce dont notre société semble heureuse d'avoir.

Ceux parmi vous qui diront que nos prisonniers fédéraux ont la vie belle derrière les barreaux ne savent pas de quoi ils parlent.

Nos prisons fédérales sont horribles, violentes, bruyantes, surpeuplées, et souvent puantes.

Elles logent 14 000 prisonniers, dont la plupart passent leur temps à regarder la télévision toute la journée.

Le jour ce sont les drames policiers, et le soir les combats de boxe, et de lutte extrême.

Dans les deux années après son arrivée au pouvoir en 2006, le gouvernement de Stephen Harper a coupé de 51% les programmes de formation dans les prisons. Depuis lors ils ont coupé dans le reste. C’était pour économiser de l'argent, selon le gouvernement.

Les prisons sont devenues des entrepôts géants de l'humanité, avec les prisonniers qui attendent de sortir, ou de mourir en dedans.

Apprendre un métier c’est hors de question - 97% sont des décrocheurs du secondaire et 30% souffrent de maladie mentale, 40% d'alcoolisme ou de problèmes de drogues. Ce sont des « losers » dans nos prisons, pas des génies en tôle.

Comment pouvez-vous apprendre un métier, si vous ne pouvez pas lire ou écrire? Donc, ils pourrissent en prison.

Il y avait autre fois une prison agricole en dehors de Kingston, pour ceux qui voulaient apprendre à traire les vaches, nourrir ses poulets et cultiver des légumes, mais le gouvernement Harper fermé ça. Trop cher, disaient-ils.

Il y a un nouveau problème. Les prisonniers âgés représentent le secteur le plus grandissant de notre population carcérale au fédéral.

Vingt pour cent de nos prisonniers ont plus de 50 ans. Ils ont les mêmes problèmes que d’autres personnes âgées.

Certains utilisent des marchettes pour se déplacer, d'autres, dans leur soixantaine ou plus, se servent de fauteuils roulants.

Certains ont oublié leur nom, d'autres pourquoi ils sont là.

Parfois, les gardiens le leur disent, ou les prennent en pitié et ne leur disent pas.

Les détenus âgés regardent beaucoup la télévision. Parfois c’est leur seul lien avec l'extérieur.  Pour plusieurs, les gens qui se souciaient d'eux sont  décédés il y a longtemps.

L’Enquêteur «correctionnel» du Canada, Howard Sapers a publié un rapport la semaine dernière déclarant le vieillissement des prisonniers un problème majeur dans notre système carcéral.

Ils sont souvent une cible facile pour les hommes plus jeunes et plus violents, qui partagent les mêmes cellules avec eux.

On leur vole leurs cigarettes, leur nourriture ou des petits cadeaux, sous peine d’une bonne raclée.

Le problème pourrait bien s'aggraver dans les prochaines années lorsque la génération des nouveaux hors-la-loi de Harper rejoint nos prisons surpeuplées.

On verra ce que ça donnera.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel Gagnon
    08 novembre 2011 - 18:35

    Espérons que ce gouvernement Allianciste/Réformé (qui n'a des anciens conservateurs que le nom) n'aura pas le temps de mettre en oeuvre toutes ces politiques d'extrême droite avant que le peuple comprenne et leur montre la porte aux prochaines élections. Continuez à informer les citoyens .