Harper et la veuve

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Son mari est mort de l’amiante

La chicane est prise entre le Premier ministre Stephen Harper et la veuve d’un vieux routier conservateur d’Ottawa.

Robert Keyserlingk a été un fervent militant du Parti conservateur toute sa vie. Dans les années 1970  il était président de l’association progressiste-conservatrice d’Ottawa-Centre.

Mais dans sa jeunesse Keyserlingk avait travaillé dans l’amiante.

C’est ça qui a fini par le tuer.

Il est mort en 2009 de ce que les médecins ont dit était la mésothéliome.

Michaela Keyserlingk mène une campagne depuis ce temps-là contre l’amiante en honneur de son époux.

Elle veut que le gouvernement conservateur adopte une loi pour bannir la vente à l’étranger de l’amiante.

Harper et son gouvernement tiennent mordicus à continuer la vente très profitable – surtout au Tiers-monde – de l’amiante.

Les mines de minerais d’amiante fournisse du travail à environ 320 travailleurs es dans la région de Thetford au Québec.

Les mines d’amiante sont dans la circonscription du ministre conservateur Christian Paradis qui n’est pas intéressé à perdre des votes en fermant les mines d’amiante.

La veuve Michaela Keyserlingk y va de bon train avec sa campagne contre l’amiante.

Le Premier ministre Harper rejette les arguments des scientifiques sur les dangers de l’amiante surtout au Tiers-monde ou les travailleurs sont moins portés à prendre les précautions qui s’imposent.

Michaela Keyserlingk ne ménage pas ni Harper, ni son parti dans sa critique.

Elle se sert du sigle du Parti conservateur dans ses envois.

Harper n’a pas peur de se tenir debout devant la veuve.

Harper a envoyé par l’entremise du directeur exécutif du Parti conservateur Dan Hilton un courriel menaçant de prendre une action en cour contre la veuve si elle ne cesse pas d'utiliser le logo du Parti conservateur dans sa campagne publicitaire contre l'industrie.

Hilton menace dans une courriel du 29 juillet qu’il pourrait avoir recours à « des mesures supplémentaires,» si la veuve ne fait pas ce qu’il dit.

Son courriel porte le titre : « L'utilisation non autorisée de cette marque. »

Ça finit en l’avertissant  « S'il vous plaît vous gouverner en conséquence. »

Harper n’a pas du apprécié  non plus la bannière de la veuve qui se lit «Le Canada est le seul pays occidental ou les exportations d'amiante sont encore mortel!"

Le Canada utilise très peu l’amiante mais avec l’appui du gouvernement Harper, exporte en grandes quantités la matière dangereuse, dont la majeure partie est expédiée vers les pays pauvres.

Le promoteurs de l'industrie insistent que le matériel n’est pas dangereux  s'il est bien géré - mais les scientifiques soulignent que l’amiante est utilisé principalement dans les pays en développement où les normes de sécurité ne sont pas adéquates.

La pub de Mme Keyserlingk présente le mot  "Danger" accolé  du symbole officiel du Parti conservateur : la lettre C bleu avec une feuille d'érable.

« Je veux qu’on arrête le commerce de l'amiante, » a-t-elle déclaré.

Harper n’est pas prêt à céder ; la veuve non plus.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires