On se souvient du discours du Trône

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

C’était au début du mois.

Une jeune page du Sénat, Brigette dePape, a brandit une affiche rouge qui se lisait « STOP Harper » avant de se faire expulser de l’enceinte et de perdre son emploi.

Mais nous n’avons pas eu de réplique au discours du Trône sur les intentions législatives de Stephen Harper pour la prochaine année.

Ce n’était pas un oubli. C’était voulu par Harper.

Pour éviter la critique Stephen Harper a tout simplement annulé le débat sur le discours du Trône de cette année.  Monsieur avait  décidé qu’il n’en avait pas besoin.

C’est vrai que les partis d’Opposition ont l’habitude de critiquer le gouvernement. C’est leur job. C’est pourquoi ils s’appellent des partis « d’Opposition » plutôt que les partis « d’Approbation. »

C’était la première fois dans 144 ans d’histoire qu’un premier ministre annulait un débat sur le discours du trône hors de période électorale.

Ce qu’il a fait n’est pas contre la loi. Pas plus que lorsqu’il avait prorogé la Chambre des communes il y a cinq ans pour éviter de perdre un vote qui l’aurait remplacé par Stéphane Dion.

Pour annoncer l’annulation, Harper a envoyé Peter Van Loan, son leader en chambre. 

Van Loan a déclaré que le débat sur le budget suffira cette année. Contentez-vous de ça, messieurs, et dites merci.

Normalement, le discours du Trône est suivi de six jours de débat, clôturé par un vote qui est généralement perçu comme étant le premier test pour voir si le gouvernement a la confiance de la Chambre des communes.

Van Loan a déclaré qu’il n'y a tout simplement pas le temps pour un tel débat cette session. Du moins, pas si on veut aller en vacances avant la fin de juin. Ça prend du culot pour dire ça sans broncher.

Donc, on se passera du débat et on fera semblant que le gouvernement Harper a la pleine confiance du parlement.

Quant à la population, elle lui a donné une majorité aux élections du 2 mai. Que voulez-vous de plus?

« Le vote du budget suffira pour établir la confiance de la Chambre, donc en ce sens, un débat sur le discours du Trône n'est pas tout à fait nécessaire», a déclaré Van Loan.

Il a ajouté que théoriquement le parlement peut toujours tenir le débat lorsque la session reprendra à l'automne.

Mais, à y penser, Van Loan a ajouté : « Il est possible qu'il n'y ait pas de débat du tout. »

De toute façon Harper croit qu’il n’a pas de temps à perdre à écouter les opinions de ceux qui ne pensent pas comme lui.

Thomas Mulcair, le leader du NPD en Chambre a accusé Harper de rechercher « l’hyper-contrôle. »

Il a dit que cette décision prive le parlement d'un débat complet sur les priorités du gouvernement, écartant ainsi les 60 pour cent des électeurs qui ont appuyé d'autres partis aux élections du 2 mai.

Le chef libéral Bob Rae a dit que c'était « absurde » de ne pas avoir un débat sur le discours du Trône.

« Cela signifie que personne n’aura la chance de parler ni de donner une réplique, et que pas d'autres voix ne seront entendues », a déclaré Rae. 

Le député bloquiste Louis Plamondon a qualifié le refus de tenir un débat sur le discours du Trône « un geste d'arrogance », et a accusé les conservateurs d'utiliser leur majorité « de manière abusive.

  

Ce n’est pas allé plus loin. Les critiques étaient plutôt pour la forme, pas plus. Nous n’avons pas la plus féroce Opposition de l’histoire du Canada.

L’annulation a passé comme de l’eau dans la soupe.

À vrai dire, il n’a pas de grande menace pour inquiéter Harper. Il détient une majorité totale à la Chambre des communes et au Sénat. Ce qui dit devient loi.

La seule inquiétude possible, viendrait de la droite religieuse et des anciens « réformistes » de sont parti qui attendent patiemment depuis une décennie pour faire adopter leur agenda par un Harper majoritaire.

 

Il y avait toujours la possibilité que Harper tente d’annuler également le débat sur le budget, mais cela aurait été en violation de la loi canadienne qui aurait été contesté devant la Cour suprême.

Harper n’aime pas les cours.  Il a souvent perdu ses causes devant les tribunaux.

 

Les députés conservateurs ont expliqué que selon les notes qui leur ont été distribuées par le bureau du Premier ministre, c’est la façon que les choses seront faites dorénavant.

Au moins ça n’a pas pris plus que quelques jours de la nouvelle session pour que Harper dévoile sa façon de procéder.

Ça c’est de la transparence!

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires