Mystère de la statuette du général Wolfe

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

dans a salle les toilettes d’un hôtel à Ottawa

Une statuette du général James Wolfe qui aurait été volée aux archives nationales il y a un demie siècle vient d’être retrouvé.

Dans une note anonyme, un type que se dit un vieux monsieur, déclare regretter sa sottise de jeunesse.

Problème :  les responsables des Archives nationales disent n’avoir jamais eu une telle statue, et qu’il n’y a aucun rapport d’un vole de statue il y a 50 ans.

Les travailleurs à l'Hôtel Lord Elgin à Ottawa ont un mystère sur les mains. Les archives aussi.

Un homme s'est approché du préposé à la sécurité à l'hôtel, samedi dernier avec un sac d'épicerie contenant la statuette, haute d'environ 25 centimètres et une note anonyme.

On l’a dirigé à la réception.

Il a dit à la préposé Sarah Kennedy qu'il avait trouvé le sac dans la salle de bain des hommes.

La statuette porte la signature du maître sculpteur britannique Vernon March. C’est lui qui a conçu le grand Monument commémoratif de la Première guerre à Ottawa dans le cadre d'un concours international en 1925.

Les responsables des archives confirment l’authenticité de la statuette. C’est bien l’œuvre de March, mais ils ajoutent qu’elle ne leur appartient pas!

La note anonyme est datée du 22 mai, 2011, et demande que la statuette soit retournée aux Archives publiques du Canada.

« Cette statuette de Wolfe a été bêtement volée dans les années 1950 de l'ancien bâtiment qui abritait à l'époque des Archives publiques du Canada sur la promenade Sussex », dit la note.

« Je la retourne par charité des étrangers (sic) parce que ma conscience me préoccupe depuis très longtemps et je suis maintenant un vieil homme. Je regrette beaucoup ce geste fou et je présente mes excuses aux autorités d'avoir privé les archives de cet artefact. »

L’homme qui a apporté le sac à la réception a quitté l’hôtel avant qu'on ne puisse lui poser d’autres questions.

« C'est tellement étrange », a déclaré Anne Meelker, directrice du marketing de l’hôtel.  « Et de choisir l'hôtel Lord Elgin? Je peux seulement dire que nous sommes honorés. »

La statuette du général anglais qui a battu les troupes françaises du général Montcalm à la bataille des plaines d'Abraham est sans son épée, et la base est légèrement endommagée.

Les responsables des Archives ne savent pas trop quoi faire. 

Doivent-ils l’accepter comme dit la note?  Ou doivent-ils la refiler à un autre musée, possiblement un musée à Québec?

La statuette pourrait-elle finir sur le pupitre du maire Régis Labeaume de Québec, avec un petit bâton de hockey en bronze pour remplacer l’épée qui a disparue?

Pour l'instant, la statuette reste dans un coffre-fort à l'hôtel.

On attend toujours une solution.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires