C’est décidé. Non à Labeaume

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pas d’aide fédérale pour l’aréna

Pas une cenne noire pour sa construction. 

Harper est catégorique. Josée Verner mange la claque.

Refus d’aider le centre sportif de Québec.

La raison est simple. Autrement il faudrait financer des projets semblables à travers le Canada.

Bien curieux comment l’affaire a sortie à Ottawa.

 

C’était le ministre de l'Immigration Jason Kenney qui s’est empressé d’annoncer la décision sur son « Twitter. » Pas le premier ministre.

 

Depuis quand qu’on se sert d’un ministre d’Immigration pour annoncer une mauvaise nouvelle comme ça aux Québécois?

Depuis quand qu’on annonce ces choses sur Twitter?

Et un ministre de Calgary en sus!

Les autres ministres avaient-ils trop honte?  Ou était le ministre des sports Gary Lunn? Pas assez bilingue?

Josée Verner, la ministre en charge du projet (selon elle)? Cachée? Ça se comprend. Elle n’a fait qu’un bref commentaire.

Au moins Harper est conséquent.

C’était non aussi pour le reste du Canada.

Non aux amateurs et sportifs qui comptaient sur un cadeau du fédéral pour ériger de magnifiques centres sportifs dans leurs villes.

À Regina on voulait un stade couvert pour le football. Le projet tombe à l’eau officiellement.

À  Edmonton des loges dans le Rexall Place, l’ancien Northlands Coliseum des beaux jours de Wayne Gretzky.  Pas payés par Ottawa du moins.

À Hamilton on espérait bâtir un hôtel adjacent au stade existant des Tiger-Cats et ailleurs au pays on voulait des dizaines d’installations pour les équipes professionnelles.

Une liste longue et lourde.  Et dispendieuse. 

Plus tard, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a déclaré à la CBC, que la décision était sans appel et qu’elle «s'appliquait dans tout le pays. »

Flaherty était intraitable :  « Nous ne subventionnerons pas le sport professionnel.»

Sa position se comprend.  Il présentera son budget dit « frugal »  le 22 mars. Il faut être conséquent, même si on est conservateur.

 

C’est la ministre Josée Verner qui est la plus à plaindre.  Harper ne lui a pas encore pardonné sa sortie médiatique avec des chandails des Nordiques.

C’est pourquoi il lui a imposé la sale besogne d’aller dire non à son monde. Après tout, c’était elle qui avait créé des attentes chez les gens de Québec.

Pauvre dame. Le chandail est sûrement rangé dans son tiroir du bas. 

Le maire Labeaume, pour sa part, ne s’est pas gêné pour commenter la situation. 

Il a qualifié les gaffes du gouvernement Harper cette semaine  de « suicidaires. »  

«S’il y avait une élection ce printemps, a-t-il dit, les conservateurs en payeraient le prix.»

 

«Les gens ne sont pas stupides. »  a dit Labeaume.

Parfois c’est à se demander.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel Gagnon
    05 mars 2011 - 22:56

    Très conséquent mon premier ministre con-servateur. Diviser pour régner disait....Stephen Harper. Comme il n'a aucun espoir de faire des percées au Québec aussi bien l'utiliser pour gagner ailleurs dans le ROC (Reste Officiel Canadéen). Ces pleurnichards de québécois ne seront jamais satisfaits, alors les autres doivent leur servir une leçon et élire un gouvernement con-servateur fort et majoritaire sans aucune aide de ces téteux. Son message est on ne peut plus clair. Bravo au ROC.