La gaffe de Peter MacKay

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Il ne connaissait pas sa géographie

Pire encore, ça c’est passé devant son héros Arnold Schwarzenegger.

C’était à Winnipeg cette semaine. MacKay a rencontré le gouverneur sortant de la Californie qui était en tournée canadienne.

Devant les caméras vidéos MacKay a dit à Schwarzenegger : « La Californie et la Colombie britannique partage la même frontière et elles ont de bonnes relations. . . . »

Ouf! La Californie ne partage pas de frontière avec le Canada. Il y a deux états entre les deux -- l’Oregon et Washington et  quelques 695 kilomètres qui les séparent.

Schwarzenegger était beaucoup trop gentleman pour dire à MacKay de retourner à sa classe de géographie de la sixième année.

Le gouverneur s’est permis un regard de travers qui semblait dire : « Est-ce que cet homme est vraiment un ministre de la défense? »

Plus tard dans leur conversation Schwarzenegger a laissé glisser  en souriant que «  les Américains devraient faire un meilleur effort pour mieux connaître le Canada. »

Les « tweeters » de « Twitter » et les internautes de YouTube n’ont pas manqué MacKay.

Ils l’ont surnommé la Sarah Palin du gouvernement canadien.

C’est Palin, l’ancienne candidate républicaine à la vice-présidence qui avait dit qu’elle pouvait voir la Russie de son balcon en Alaska, ignorait complètement la distance de plusieurs centaines de kilomètres entre chez-elle et la Russie.

D’autres internautes ont souligné à MacKay que la Colombie-britannique est reconnue en Californie pour la haute qualité de sa marijuana importée aux États-Unis. Y aurait-il un lien?

La gaffe de MacKay rappelait le ministre Stockwell Day qui avait dit: «Tout comme le lac Érié coule du nord au sud, il y a une fuite de nos jeunes, (vers les Etats-Unis). . . . »  

Day tentait de créer une analogie entre l'écoulement du lac Érié, de «du nord au sud" et la fuite des cerveaux du Canada vers les États-Unis. En fait, le lac se déverse dans la Rivière Niagara qui coule nord dans le Lac Ontario.

Pour les Américains MacKay rappelait une autre « expert » en connaissances géographiques, l’ancien vice-président américain Dan Quayle. 

Après un voyage d’affaires en Amérique-latine Quayle avait dit que son seul regret était qu’il ne pas pu avoir parlé avec ses hôtes parce qu’il ne parle pas latin.

MacKay était censé rencontrer à Ottawa plus tard dans la semaine son homologue, le secrétaire à la Défense des États-Unis, Robert Gates.

MacKay pourrait bien lui demander de bombarder l’Amérique du sud.

Il serait sage que Stephen Harper réfléchisse avant d’envoyer MacKay commander nos troupes en Afghanistan.

Bien mieux de renvoyer Max Bernier là-bas avec ses boîtes de Jos Louis. Au moins il sait ou est l’Afghanistan.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires