Larry Smith fait son entrée en politique

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Par la grande porte

Tu parles d’un beau cadeau de Noël pour un ancien président des Alouettes. Aussi bon qu’une Coupe Grey, même mieux.

Plus besoin de gagner même une seule partie de football.

Harper nomme Smith au Sénat lundi et le lendemain Smith annonce qu’il se présentera candidat conservateur aux prochaines élections. Qui sait  après ça, ministre?

Elvis Gratton appellerait ça « Think Big. »

Mais Smith aime faire les choses en grand.

Son premier rêve était de rebâtir les Alouettes, qu’il a accompli avec brio, et son deuxième rêve est de faire une carrière en politique qui semble déjà bien partie.

Avec le poste de sénateur vient un salaire de 134 400 $  plus un bon compte de dépense et un titre d’« honorable. »  N’oublions pas une belle pension à partir de 75 ans jusqu’à la fin de ses jours.

C’est tout un cadeau que lui a fait le Père Noël Harper, qui est un amateur du football, bien qu’il appuie Calgary plutôt que Montréal.

 

Mais ne faites pas d’erreur. Smith n’est pas une recrue politique de dernière minute. Ça fait longtemps Smith chérit un rêve de faire de la politique avec les conservateurs.

Les deux hommes sont de vieux amis de longue date.

En 2004 Smith songeait même à briguer le leadership du parti, mais c’est Harper qui a passé à sa place.  Harper a songé à nommer  Smith gouverneur-général cette année,  mais c’est David Johnston qui à reçu l’honneur.

Les deux hommes ont assisté ensemble, assis dans les estrades, au match de la Coupe Grey à Edmonton. Harper portait les couleurs des Roughriders de la Saskatchewan et Smith celles de ses Alouettes. 

Après le match, Smith a glissé un chandail des Alouettes à Harper avant d’aller féliciter les Alouettes dans leur vestiaire.  C’était une très sage décision.

Smith a promis devant une centaine de militants hier soir à Pointe-Claire qu’il démissionnera du Sénat avant de se présenter aux prochaines élections dans la circonscription majoritairement anglophone de Lac-Saint-Louis, un château-fort libéral dans l’ouest de l’île.

Son défie sera immense. La circonscription a toujours voté libéral depuis sa création en 1997. 

Le député libéral Francis Scarpaleggia a remporté facilement les élections générales en 2004, 2006 et 2008. 

Aux dernières élections Scarpaleggia a reçu 46 pour cent du vote, soit le double du candidat conservateur. Pas encourageant pour Smith.

Néanmoins Smith dit que son plan d’attaque sera assez simple, le même qu’il a utilisé pour bâtir les Alouettes :

Bâtir une bonne équipe, travailler fort, comme au football, et s’intégrer à la communauté.

Harper s’attend que Smith sera son anglophone à tout faire au Québec. De toute façon, Smith sera de loin son mieux connu.

Si Christian Paradis est le lieutenant au Québec, on peut dire que Smith sera le caporal.

Et si Smith s’ennuie au Sénat, il pourra toujours jaser de football avec David Braley, le propriétaire des Argonauts de Toronto, que Harper a nommé au Sénat au mois de mai.

Assez rusé ce Harper.  Il sait jouer les deux bouts du terrain.

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Michel Gagnon
    30 décembre 2010 - 22:49

    Mon "Oncle" Larry quitte "The Gazette" pour joindre les rangs des " Réformistes-Aliancistes-Con Servateurs". Il pourra lancer le ballon politique, courrir rapidement mais il ne pourra pas botter le c.... du gouvernement. Il sera là pour faire des relations publiques mais sans répondre aux questions ( comme tous les autres membres de ce gouvernement). Dommage que l'on ne puisse pas le payer à sa juste valeur...