Les mains pleines, les coffres vides

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ça sert à quoi pour un politicien de sillonner le Canada tout l’été douze heures par jour si en fin de compte il n’y a pas une cenne de plus dans les coffres?

Après tout, c’est l’argent qui gagne les élections, pas les poignées de mains des curieux.

Michael Ignatieff a voyagé d’un bout à l’autre du Canada durant l’été dernier, une première pour le chef de l’Opposition. 

 

Il a rencontré quelque 30 000 partisans, sympathisants et curieux qui l’ont bien accueilli, parfois même avec enthousiasme.

Les médias l’ont suivi partout.  De la bonne « visibilité. » Un franc succès médiatique.

 

Mais les derniers chiffres viennent de paraître et amènent avec eux une déception.

 

Au dernier trimestre, les libéraux ont seulement  recueilli

1,4 millions $ en contributions politiques. C’est moins que le 1,7 millions $ de l’hiver dernier et peut-être assez pour que Michael  Ignatieff se dise « j’aurais dû rester chez nous. »

C’est la preuve qu’en politique, une poignée de main ne se traduit pas toujours en dollars. 

Les Conservateurs par ailleurs ont recueilli 4 millions $ durant la même période, soit la même somme qu’au trimestre précédent. Comme quoi la machine bleue est bien huilée et fonctionne à plein régime !

La surprise était chez les néo-démocrates qui ont ramassé 1,3 millions $, presque deux fois le 747,136 $ du trimestre précédent. Serait-ce là l’argent qui aurait dû garnir les coffres des libéraux?

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires